30/12/2008

A table

La vie de couple est remplie de petits compromis qui, en soi, n'ont l'air de rien, mais en réalité ils peuvent (certains) provoquer de véritables tempêtes dans ma petite tête d'homme.

Prenez, par exemple, la cuisine. Eh oui, rien que le fait d'écrire ce mot, j'imagine déjà les crissements dans les chaumières. La cuisine est en général un territoire revendiqué par les deux sexes. C'est un lieu d'où peut sortir le meilleur comme le pire. Curieusement c'est également l'espace qui représente le centre de la maison, lieu où se réunit la famille, mais lieu où il est difficile de lâcher-prise quand il s'agit de laisser sa douce cuisiner alors que je suis convaincu que je m'y prends mieux qu'elle.

Et c'est à ce moment-là que la météo s'emballe, que les signes de tempête se manifestent. Mais je ne vois rien venir. Moi, grand capitaine, je me dis que "cette fois-ci elle va enfin s'y prendre correctement". Et bien non ,cent fois non ! Elle cuisine comme elle a décidé. Qu'est ce qui fait que, pour de si petites choses, je ne parviens pas à laisser faire ?

Probablement mon désir de la sauver de la catastrophe culinaire, du désastre alimentaire. Nous allons être submergés par une hypothétique "mal-bouffe". Je me transforme (toujours dans mon esprit) en chevalier sur son beau cheval blanc. Avec tout mon savoir-faire, mon expérience et ma bonne âme, je lui donne quelques conseils qui me paraissent les meilleurs.

L'effet voulu n'est malheureusement pas celui qui suit. Qu'est-ce que c'est compliqué les femmes ! On peut (on a intérêt) à leur dire qu'elles sont belles, on peut donner notre avis quand elles doivent choisir telles ou telles boucles d'oreilles, on peut donner des conseils sur la déco de la maison, mais leur dire comment elles pourraient faire pour ne pas brûler ce qu'elles cuisinent, ça, il vaut mieux l'éviter si  possible.

Nous sommes, à cet instant précis, à l'indice météo de tempête force 10. C'est à n'y rien comprendre : comment puis-je la sauver si elle ne me laisse pas faire? Nous passons du désastre culinaire au suicide culinaire. Et j'en suis le témoin impuissant.

Là, le drame se joue, c'est le naufrage. Un chevalier impuissant, c'est du jamais vu, même dans un mauvais film de série B.

Et si il y avait une autre raison tellement simple que je suis passé à côté sans m'en apercevoir? Cette raison, messieurs les chevaliers, est que votre femme n'a pas envie d'être sauvée, laissez-la tranquille. Si elle a envie de se tromper (à vos yeux), c'est son droit. Et si la prochaine fois, pour le même plat cuisiné, elle a encore envie de faire à sa manière, c'est toujours son droit.

Notre force n'est pas uniquement dans nos actes, dans notre engouement à vouloir faire telle ou telle  chose, mais notre force est aussi dans l'acceptation de l'autre avec ses qualités et ses défauts.

22:38 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.