15/01/2009

Il y a des jours comme ça !

Après une journée bien remplie, je me retrouve ce soir attendu par ma petite famille pour partager notre souper. Mes enfants m'accueillent avec tout leur coeur et toute leur vitalité (comment font-ils pour avoir autant d'énergie ?).

Et bien ce soir je n'y était pas. Il y a des jours où il est difficile de lâcher-prise. La fatigue peut-être ou trop de travail... Bref, je me cherche de bonnes raisons pour expliquer cet état de distance avec ma famille.

Donc, pendant le souper j'ai besoin de me renfermer un peu et de donner le minimum pour que je sois socialement acceptable.

Je peux vous dire que ce ne fût pas facile. Et encore maintenant alors que je vous écrit, j'ai en bruit de fond le spectacle de Florence Foresti. Elle n'est pas mal mais je n'ai pas envie de rire. Elle me déconcentre. Quand j'arrive à faire le vide et m'isoler dans ma bulle, c'est mon épouse qui me fait des bisous. J'ai pas envie non plus de ses bisous maintenant.

Durant le repas, mon fils  fait des misères et se montre exigeant pour manger. A la fin, il passe à autre chose. Lui, il y arrive tandis que moi...

Le souper terminé, je suis toujours dans mon trip. Mon fils joue avec son téléscope et se prend pour un G.I. armé de son bazouka. Il tire un coup et s'étonne de voir sa roquette partir loin devant lui. On l'a échapé belle, elle est passée juste devant nous. Il éclate de rire et ma femme également. Moi pas.

Cerise sur le gâteau, il vient faire un câlin à sa maman  en lui disant "BAZOUKAAAAAA !!!" Il re-éclate de rire, elle re-éclate de rire. Moi re-pas !

Voilà les enfants dorment, et je peux tout doucement, surtout pas trop vite, sortir de ma caverne.

Zut, ce n'est plus Florence Foresti, mon épouse a changé de chaîne, et ses petits bisous me manquent.

Elle me sourit, je crois que je vais aller m'asseoir auprès de ma tendre femme. Bonne soirée !

21:53 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.