11/02/2009

Une belle histoire

C'était un lundi, en début de soirée. J'étais dans la cuisine de mon lieu de travail. Ma responsable me présente le "nouveau" kiné  de l'institution. Je lève la tête, le regarde...et lui sourit. Non, pas un sourire de politesse. Un vrai sourire que l'on offre à quelqu'un que l'on connait si bien. Je m'étonne tout de suite de ma réaction. Qu'est-ce qui me prend ?

Le kiné continue sa discussion avec ma responsable. J'observe que celui-ci n'hésite pas à la toucher pour appuyer ses explications relatives à un traitement. Ce contact physique me fait réagir, comme si cela me dérangeait.

Un peu plus tard, nous aurons nos premières discussions. En réalité, très vite, nous communiquons par l'humour. Chacun cherche à taquiner l'autre.

La journée de travail suivante, c'est le même scénario. Les personnes qui nous entourent sont les témoins d'une connivence particulière. Une collègue me dira même que quand elle passait près de nous en discussion, elle avait l'impression de déranger. Ce soir-là, c'est vrai que nous avons précisé tous les deux que nous étions célibataires après des histoires difficiles. Et puis, le kiné a du partir...

La fin de semaine puis le week-end : de longues journées où je me suis surprise à imaginer quelque chose entre lui et moi. Ce n'était pourtant pas le moment, j'avais besoin de temps, envie de me retrouver. Est-ce que je n'étais pas entrain de me créer une histoire imaginaire ? Quoi qu'il en était, ce sentiment était si bon !  J'avais même envie d'aller promener mon chien dans une certaine région, histoire de le croiser par hasard...

Des heures d'attente où j'ai pris la décision de me lancer dès le lundi. J'allais l'inviter à une conférence qui avait lieu le mercredi même. Et tanpis si j'essuyais un refus catégorique : j'ai toujours préféré prendre ce risque plutôt que d'avoir à le regretter un jour.

Le fameux lundi arrrive. Je vois sa voiture garée devant l'institution quand j'arrive et mon coeur s'emballe.

Pendant notre temps de travail commun, je réussis à trouver un moment plus calme pour l'aborder et lui faire ma fameuse demande...

Il a dit : "OUI !!!!"

Waouw ! Je suis heureuse . Mais peut-être est-il plus intéressé  par les dauphins (thème de la conférence) que par moi... Encore attendre deux jours...

Le jour "J", nous prenons la route ensemble vers Bruxelles, l'occasion de parler encore : il a déjà soupé ! Moi qui croyait que nous pourrions aller manger un bout ensemble...

La conférence est nulle, il s'énerve, fait des réflexions humoristiques. J'ai beau essayer de lui faire prendre patience, de rapprocher mon genou du sien...rien n'y fait. La soirée va être un flop...

La conférence terminée, je lui fais part de mon envie d'aller manger quelque chose. Il est d'accord et m'emmène près de la Grand-Place, dans la rue des pittas. Nous nous retrouvons face à face. Son regard si bleu, si tendre est difficile à soutenir; il me perturbe. Notre repas se déroule dans cette ambiance magique.

Ensuite, nous allons nous promener. La ballade commence donc à la Grand-Place où il me prend la main, l'air de rien pour lui ...comme pour moi !

Tout était si évident !  Notre premier baiser le sera aussi, quelque part sur le boulevard.

Nous avons passé notre première nuit à parler : oui, à parler !  Nous avons parlé des enfants dont nous avions envie, de l'année que nous nous laissions à nous deux et de plein d'autres choses...

Quatre enfants et douze ans et demi plus tard, l'évidence (qui interpelle certains) est toujours là, bien vivante ! 

Il est l'homme de ma vie, celui que j'aime, celui qui fait vibrer mon coeur quand j'entends la clé dans la serrure à l 'heure de son retour...

Le voilà ! La belle histoire continue...

 

22:53 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.