19/02/2009

Contradiction

Quand le travail vient en contradiction avec des valeurs fondamentales, la gestion des émotions et sentiments qui m'animent alors n'est pas toujours évidente.

Lors d'une réunion d'équipe cet après-midi, j'ai été confronté à des réticences, des peurs et des préjugés.

La discussion portait sur des outils de communication qui vont pouvoir nous aider à mieux nous comprendre, mieux accepter nos différences et nos compétences respectives.

J'ai, pour habitude, dans mon métier et dans ma vie privée, de parler avec un maximum de transparence. Un de mes principes est que tout peut être dit, si trois conditions sont respectées. Il y a un temps, un lieu et une manière pour dire les choses.

Lors de cette réunion, je me suis senti un peu seul, j'ai essayé d'expliquer de différentes manières argumentant les avantages que cela nous procurerait d'améliorer notre communication. J'ai ressenti beaucoup de peurs : peur de parler, peur d'entendre, peur d'être confronté à soi-même, au regard des autres.

J'observais malgré moi toutes les expressions, les mimiques, les postures et les regards. Tout ce langage non-verbal tellement silencieux et si bruyant dans ma tête.

Comment rester en accord avec soi, avec mes convictions, mes valeurs quand elles ne peuvent s'exprimer sur mon lieu de travail. Je ne souhaite pas fonctionner à deux vitesses, je veux rester entier tant avec ma famille qu'avec mes collègues. Tant de questions qui actuellement ne trouvent pas de réponses satisfaisantes. Je sais que je ne peux pas fonctionner de manière identique chez moi et au travail. Mais quand-même ! Fonctionner en faux-semblant n'arrivant pas à se parler et se dire simplement ce qui doit être dit, c'est frustrant.

En attendant que le voile des peurs se lève avec mes collègues, je reste moi, tel que je suis avec mes qualités et mes défauts, mes convictions et mes valeurs. Chez moi ,avec ma famille, je me sens bien au chaud confortable. Ma famille est mon énergie, mon havre de paix.

22:53 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.