01/03/2009

Comment ?

Comment transmettre aux autres les expériences que l'on a faites ? Ont-ils réellement envie de les entendre ? Et vont-ils suivre nos conseils ?

Quand il s'agit du boulot, je suis de plus en plus à l'aise pour intervenir. Le bien-être des personnes est au centre de mes préoccupations. Certes, la manière d'intervenir nécessite encore des améliorations mais je progresse.

Quand il s'agit de la sphère privée, je marche sur des oeufs...

Aujourd'hui, lors d'un repas de famille, j'ai entendu des choses qui m'ont fait mal , là au creux du ventre. Une de mes belle-soeurs, enceinte de son premier enfant, relatait le discours de son gynécologue. "Non, madame, pas besoin de kiné pré-natale. Cela ne vous servira à rien d'apprendre à respirer. De toute façon, pendant l'accouchement, vous aurez tellement mal, que cela ne servira à rien."

Ma belle-mère et moi nous sommes regardées. Nous pensions la même chose : ce ne pouvait être qu'un homme pour dire des choses pareilles ! Et ...bingo !

Si il y a quelque chose que je voudrais témoigner aux  futures mères ou aux femmes, c'est la beauté de l'accouchement. Trop souvent, quand le sujet est abordé, il y a toujours une maman prête à vous raconter en détails toutes les douleurs, tous les problèmes médicaux rencontrés, les longues heures d'attente, l'angoisse, les peurs... Tout pour vous donner envie de ne pas avoir d'enfant ou d'en adopter !

C'est comme cela que cela s'est passé pour moi. Les récits négatifs ont effacés tous les bons souvenirs des autres mères. J'avais une peur bleue d'accoucher. Rajoutée à ma peur des hôpitaux, comment allais-je faire pour avoir la grande famille que je souhaitais ?

Après un travail personnel, le désir d'enfant a été plus fort. Porté par les témoignages positifs, j'ai trouvé la maternité qui nous correspondait, mon bébé et moi, mon mari et moi.

J'ai rencontré l'équipe de kiné "bien-être" (cela veut tout dire) et j'ai pu sereinement progresser vers le jour "J". Après la première naissance, j'ai pris d'avantage confiance en moi, en mes capacités de mettre au monde sans anti-douleurs. Valorisée par les accoucheuses, mon deuxième enfant est né dans la joie de ce moment unique et magique. Il en fût de même pour mes deux derniers enfants

Je souhaiterai que chaque femme puisse avoir la chance de vivre la naissance avec le même souci du bien-être de la maman et du bébé. J'entends encore trop souvent que la mère n'a pas le choix de la position dans laquelle elle accouche, que la péridurale est placée d'office, que le nouveau-né est retiré tout de suite à sa mère pour lui faire des mesures et des soins non-urgents, que la femme devient une patiente qui subit, sans pouvoir de décision. L'aspect médical a pris le dessus sur la nature. Bien sûr, il y a des situations qui nécessitent un suivi particulier. Mais ce n'est pas la majorité des naissances.

Alors, monsieur le gynécologue, si vous pouviez dire à cette femme de préparer cet accouchement. Dites-lui de suivre son intuition, ses besoins, son ressenti. Dites-lui qu'il est intéressant d'apprendre quelques techniques de poussée, de respiration. Dites-lui qu'il existe de nombreuses associations qui prônent une naissance à visage humain. Dites-lui qu'à mieux connaître le déroulement de la mise au monde, un femme peut aider son bébé à "descendre" , à bien se placer pour naître. Dites-lui qu'elle seule décidera finalement de ce qui sera mis en place pour le bébé ou pour elle. Car qui ,mieux qu'elle, peut savoir ?

Enfin et surtout, dites à cette maman en devenir qu'elle va vivre le plus beau moment de sa vie !

A partager : http//:www.lepremiercri.com

 

23:06 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

passage.., au hasard des visites..,de très belles réflexions en tous cas.

Écrit par : syoban | 01/03/2009

Oh oui LE plus beau moment de ma vie c'est sur !
Et comme vous le dites si bien : je n'ai pas eu le choix de la position pour accoucher, je n'ai pas eu d'autre choix que d'avoir la péridurale (moi qui n'en voulait pas)...
L'an prochain nous tenterons de donner un petit frère ou une petite soeur à notre Merveille et il est sûr que je change d'hôpital, que même si j'ai eu un accouchement des plus merveilleux, je veux TOUT choisir : la position, la péridurale, le peau à peau avec mon Bébé, l'allaitement, tout tout tout !
Ce sera différent et tout aussi merveilleux j'en suis sure !

Écrit par : Vinie | 12/06/2009

Les commentaires sont fermés.