05/03/2009

Et si...

Il fallait que je leur dise aux enfants, dès leur retour de l'école. Je ne savais pas comment, j'allais attendre qu'ils l'évoquent.

C'est mon aîné qui a parlé du chat qui tournait autour de la cage de Lapina (nom qu'ils avaient finalement choisi après avoir pris connaissance du sexe). J'ai expliqué que le lapin n'y était plus, qu'elle n'avait pas survécu. Les enfants la savaient malade depuis un jour et demi. En effet, elle ne s'alimentait plus mais buvait régulièrement. Une indigestion, pensions-nous.

C'est mon chien qui m'a signalé en pleurnichant que c'était les dernières minutes pour le lapin. Fameuses perceptions des animaux, fameux 6ème sens...

Un animal dans notre foyer depuis environ 1 mois et pourtant tant de joies apportées. Chaque enfant lui a donné quelque chose de différent et elle avait des comportements particuliers avec chacun d'entre nous. Imaginez qu'ils jouaient même à cache-cache. Un enfant comptait et à "dix", premier qui trouvait Lapina ! C'était mignon à voir. Même notre Golden Retrienver (30 kilos de plus) taisait ses instincts de rapporteur de gibier et jouait, elle aussi à sa façon, à cache-cache.

Lapinou disparu ? Ma fille aînée n'a pas voulu me croire, elle s'est ruée sur la cage que nous avions laissé pour éviter le choc. Elle l'a ouverte et a enfoncé sa main dans le terrier en plastique...

Un silence ... puis l'un dit que nous aurons un deuxième lapin, l'autre change de sujet. C'était leur manière d'être moins triste.

Après quelques minutes, le temps de leur laisser le temps, je m'étonne de leur réaction. Et c'est là qu'ils se sont permis de craquer. Chacun est venu se consoler dans mes bras.

C'est toujours déchirant de voir les larmes dans leurs yeux et d'avoir ce sentiment de ne pouvoir rien faire, rien changer.

-"Où est-elle enterrée ?"

-"Dans le fond du jardin."

-"Mais il y a déjà une souris et un oiseau !"

-"Elle aura de la compagnie."

Cette pensée de ne  pas la savoir seule semble les consoler un peu.

La discussion a abordé la mort, sujet délicat pour tous. Imaginer la disparition de ceux que nous aimions. Les pensées étaient trop fortes pour mon fils, il était triste et fâché d'y être replongé.

Je lui ai parlé de la pensée positive, les belles images qu'il est bon d'inonder dans notre esprit, le bon qui amène le bon.

-"Et si, maman, (me dit mon fils un peu plus tard), nous savions par magie faire revivre Lapina, ce serait chouette, hein ?"

-"Oh, oui ! J'en profiterai pour faire revivre quelques personnes que j'aime et qui ne sont plus là."

-"Oui, la personne handicapée que tu aimais, l'oncle de papa à qui ma soeur donnait la main sur la photo, le papa de mon parrain ne serait pas malade, et puis..."

Et puis s'en est suivi quelques autres noms de personnes.

Pendant quelques minutes, tous ensemble, nous avons y avons cru.

Et si...

22:11 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.