23/05/2009

Un moment magique à partager !

Danser la vie ...

23:34 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1)

12/05/2009

Classes vertes

La semaine passée, notre fille ainée est partie cinq jours (du lundi au vendredi) en classes vertes. Le départ fût évidement comme je l'avais imaginé pour elle. Elle était heureuse et excitée par l'effervescence qui régnait autour des autocars. Et en même temps une légère, mais légère voir trop légère once de difficulté à se séparer de ses parents chéris.

Nous étions rassurés (surtout mon épouse) car nous pourrions dés le soir venu téléphoner au numéro vert pour avoir des nouvelles des enfants, comme nous l'avions fait pour les deux autres.

Malheureusement, impossible de trouver ce numéro de téléphone. Je rassure mon épouse en lui disant que ce sera pour le lendemain.

Quelle ne fut pas sa déception quand une maman lui a dit : « à 11 ans il est temps que les parents apprennent à se détacher un peu de leurs enfants. Qu'allez-vous faire plus tard quand ils partiront ? »

Donc, nous voilà parti pour une semaine sans infos, sans que nous soyons préparés. Cette déception a été plus dure à gérer pour ma femme que pour moi. Non, je ne suis pas insensible et je l'aime tout autant qu'elle. Seulement je ne le montre pas de la même manière. Un mari se doit d'être rassurant pour la mère de ses enfants, il ne doit pas se laisser aller à trop de sentimentalisme dans certaines situations... ou peut-être dans toutes les situations ? C'est un sujet à débattre ultérieurement dans un autre blog.

Donc, je me montre solide, rassurant, et certain que tout se passera pour le mieux et sans embûches durant le séjour.

Etrangement cela n'a pas suffit pour rassurer complètement la maman. Cela doit-être la fibre maternelle ou le cordon ombilical qui est soumis à de trop fortes tractions (oui, oui, même après 11 ans il existe toujours. On ne peut le voir mais il existe).

La semaine s'est poursuivie. Nous avons pu apprécier une ambiance différente au sein du nid familial. Se retrouver sans notre grande fille change un peu les interactions dans la fratrie.

Son absence s'est fait ressentir un peu plus enfin de semaine. Pour nous mettre à l'épreuve encore plus, le car a eu une bonne heure de retard.

Les retrouvailles n'ont malheureusement pas pu se passer comme nous l'avions souhaité. Un enfant malade à contraint mon épouse à se rendre chez notre médecin traitant.

Les événements ont fait que j'ai pu me retrouver seul quelques minutes avec ma fille. Elle a pu me raconter son séjour, la tension du retour a pu sortir, quelques larmes, un moment tendresse dans les bras de papa. Nous avons créé notre petite bulle d'intimité qui était nécessaire pour tous les deux.

Tout compte fait, papa a beau être rassurant et fort pour la mère de ses enfants, le moment des retrouvailles lui permet de se laisser à un peu de sentimentalisme (mais pas trop ;)).

21:21 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)