24/11/2011

Je suis en colère !

Vendredi dernier, lors du cours de natation en piscine privée, notre fils (11 ans) a plongé alors qu'une de ses camarades remontait à la surface. Il a touché celle-ci avec son coude et l'a blessé au visage. La blessure était impressionnante car cela saignait beaucoup. Heureusement, pas de blessure irrémédiable, pas de problème aux yeux. Il y aura peut-être une cicatrice.

Après l'incident, notre fils n'a cessé de demander "pardon" à la jeune fille, il était choqué des conséquences de son geste qu'il explique et soutient être un accident. Il cherchait à plonger, a attendu que celle-ci s'éloigne pour le faire et a plongé au moment où il s'est rendu compte qu'elle revenait vers lui. Le professeur de gymnastique et le propriétaire de la piscine l'ont rassuré : c'était un accident.

Le soir, à son retour à la maison, notre bonhommet n'était vraiment pas bien. L'accident à la piscine l'avait vraiment marqué. J'ai tenté de le rassurer et lui ai demandé si il souhaitait contacter sa camarade de classe. Il a proposé de lui envoyé un mail. Dans celui-ci, il s'excuse encore et espère qu'elle se rétabliera bien vite.

Le week-end passe...

Le lundi, alors que je vais récupérer mon fils à la garderie, son professeur demande à me parler. Il s'agit de l'incident. Les parents de la jeune fille ont "déboulé" en colère chez la directrice. Celle-ci, ignorant l'incident, a ensuite appelé notre fils dans son bureau et l'a disputé (pour ne pas dire autre chose). Elle lui a parlé de responsabilité à prendre et lui a dit que "puni, il le sera". Mon fils dit ne pas avoir eu le temps de s'expliquer.

Le professeur a été mis au courant de la démarche des parents à la sortie du bureau de la directrice. Il m'avoue être très déçu que celle-ci ne soit pas directement venue chez lui ou chez son collègue prof de sport afin de savoir ce qu'il en était. Pour lui, il s'agit d'un accident d'enfant comme il peut en avoir beaucoup avec malheureusement une conséquence physique. Les parents parlaient d'une vidéo que le propriétaire de la piscine possèdait et qui montrait notre fils qui attendait et ensuite sautait délibérément au moment où la jeune fille remontait à la surface.

Je me suis assurée plusieurs fois que mon fils me disait la vérité, lui disant même que si la vidéo devait montrer qu'il m'a mentie, il serait puni pour cela.

Je crois à la sincérité de mon fils et en même temps, il est vrai que je ne peux jurer de rien. Cela dit, même si cela devait être un acte délibéré, il s'agit d'un enfant de 11 ans qui ne pouvait être conscient des conséquences. Qui aurait pu dire qu'un choc dans l'eau peut avoir cet effet ? J'aurai plutôt parié pour un K.O ou un gros bleu plutôt que pour une blessure ouverte.

Mardi, notre fils a subi des remarques de la part de la jeune fille ("Ah, si je suis dans ton groupe, cela va encore bien aller"). Elle a aussi parlé de la vidéo et de l'intention de notre fils.

Mercredi, c'est mon mari qui demande à rencontrer la directrice. Il était important pour nous de lui dire notre étonnement de voir cette histoire prendre des mesures inimaginables. Nous sommes fâchés de voir que notre fils a été réprimandé pour un fait qui est un accident entre enfants. Il peut y avoir à tout moment des bousculades (volontaires ou non) aux conséquences déplorables. Il est hors de question qu'il soit puni pour un acte involontaire. La vue de la blessure a été un bon moyen de le secouer et de prendre conscience de ses actes qu'il ne peut réparer. Veut-elle voir la vidéo ? Que va-t-elle en faire ? Y chercher ce qu'il s'est passé dans la tête de notre fils avant son saut ? Emettre des hypothèses qui le resteront toujours et ne seront jamais vérifiées. La vidéo est un outil qui prête à interprêtation parce qu'on décortique image par image et que cela ne corespond pas à la perception que les gens présents ont. C'est une autre réalité.

Par ailleurs, pourquoi ne pas revoir tous les cours ? Il y aurait certainement de quoi punir un ou plusieurs enfants à chaque séance. Pourquoi ne pas envisager cela dans la cour de récréation ? Face à des enfants qui viendraient se plaindre, il y aurait peut-être une autre réponse que : " Oui, je regarde, va jouer" et qu'au final, rien ne se passe. Si bien que les enfants ne viennent plus se plaindre (Cela a été vécu par mes trois aînés. Mentent-ils tous les trois ?).

Qu'en est-il alors du harcèlement moral et physique dont a été victime notre fils, il y a 2 ans ? A aucun moment, son vécu n'a été reconnu. Tout le staff enseignant était d'accord pour dire qu'il n'avait rien vu. Etait-on certain de ce que notre fils disait ?

Bien sûr, tout le monde était prêt à aider. Une formation était d'ailleurs suivie par les professeurs pour qu'ils puissent aborder les difficultés des enfants dans un temps d'une heure chaque semaine. Qu'en est-il aujourd'hui ? Ma fille en 4 ème me dit que depuis la rentrée, il n'y a pas encore eu ce temps....

Est-ce qu'un seul des enfants "harceleurs" s'est trouvé dans le bureau de la directrice ? Un seul a-t-il été puni? Un seul a -t-il été au courant des conséquences de ses actes ? AUCUN ! Mon fils a eu comme seul défaut de saigner en silence. C'était moins impressionnant, trop discret. Juste un an et demi d'hipothérapie...

Le même jour, la jeune fille dit que son père, lui et moi sommes des "poules mouillées" de ne pas être venus à la réunion de classe du mardi soir (que nous avions totalement oubliée, pour la petite histoire).

Le jeudi, la jeune fille dit à notre bonhommet : "Mon père a dit qu'il allait te mettre un "macaron" dans la tête" ?! (les mots entendus d'un adulte et répétés par une enfant...) A la sortie de classe (récréation avant l'étude), notre fils voit la jeune fille le montrer du doigt à son père. Ce dernier demande à tirer dans le goal où se trouvait notre fils. Notre bonhommet dit avoir eu très peur de la balle qui est arrivée comme ...un boulet.

Notre fils s'est ensuite écarté du goal tant que le père n'était pas parti de l'école. Des professeurs étaient présents, le père semblait fâché et s'est adressé aux professeurs avant de partir.(Je ne manquerai pas d'aller connaître la version de ceux-ci ce vendredi)

 

Ce soir, notre colère contenue déborde. Tout cela va vraiment trop loin.

Mon mari va retrouver la directrice demain matin et lui demander de faire cesser cela immédiatement. Nous voulons également savoir ce qu'elle et son équipe mettront en place pour que notre fils soit en sécurité dans la cour. Le soir, j'irai la retrouver pour connaître sa réponse. Nous savons que sans changement net, nous irons porter plainte contre les parents et contre l'école.

J'ai essayé de me mettre dans la peau de ces parents et je n'arrive pas à m'imaginer en vouloir autant à un enfant. Je comprends qu'ils puissent avoir eu peur pour leur fille mais je ne comprends pas toutes ces réactions qui ont suivi. 

Je suis extrêmement déçue, triste et en colère. Mon coeur de mère est tout remué. Pauvre bonhommet ! Encore une fois, tu fais face à certains adultes qui ne prennent pas leurs responsabilités. J'aimerai tant que tu puisses reçevoir autant de confiance que tu as donnée pour grandir sereinement.

 

 

 

22:17 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2)

08/11/2011

Demain, c'est MA rentrée !

Je repars user mes fonds de pantalon sur les bancs de l'école !

Enfin, je vais plutôt les user sur le sol, les gros ballons et tapis en mousse car je vais approfondir ma connaissance de la psychomotricité.

J'ai choisi de revenir à mes premiers amours en cherchant d'abord à  me connaître mieux. Je m'offre ce moment pour moi, un jour entier par semaine,  et je verrai où ce chemin me mène...

Merci mon p'tit homme de me permettre de le faire. Je ne sais pas encore si tu sais tout cela va signifier pratiquement pour toi (aurais-tu alors appuyé ma demarche ? ;-)) mais je suis heureuse et tu partages ma joie.

Je suis tout aussi enthousiaste que je suis inquiète de ce que je vais découvrir, de l'énergie que je vais devoir avoir, de la capacité à mener vie de famille et rapports de cours, des conséquences positives et négatives de ce choix.

Et puis, je me lance sans avoir aucune réponse de mes responsables quand à ma demande de congé le mercredi. Avec les changements actuels, il n'y a aucune certitude pour rien.

 

"Quoi que tu rêves d'entreprendre, commence-le. L'audace a du génie, du pouvoir, de la magie."       Johann Wolfgang Von Goethe

 

Alors voilà, j'y vais !

 

balles_multisensorielles4.jpg

 

 

 

09:00 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1)