15/10/2009

L'exemple, c'est nous !

Dans ma vie, il y a mes enfants qui me renvoyent toute la justesse de Leur Vérité et qui m'invitent à être moi-aussi leur exemple.

Mais dans le cadre de mon travail, ce sont souvent les personnes adultes handicapées qui m'offrent une autre vision de la vie.

Ce matin, j'ai eu l'occasion de travailler dans un autre atelier que celui qui m'est attribué. Me voilà après presque 19 ans de métier, comme une débutante, cherchant mes marques. Un peu inquiète aussi sur ce nouveau groupe à gérer.

Après quelques minutes d'apprivoisement mutuel, je les découvre partageant avec bonheur et fierté leurs savoirs. Et surtout, m'acceptant telle que je suis : avec mes compétences mais aussi mes faiblesses.

Une matinée qui s'est déroulée très vite...

L'après-midi m'a ramenée à "mon" atelier. Mais en quittant mon lieu de travail, j'ai croisé Béatrice, une des personnes qui m'avait accueillie le matin.

Elle m'a lancé  un "Aurevoir et...merci pour ce matin !"

Une jolie fleur, un joli message qui fait chaud au coeur : dire "merci" pour le beau moment vécu, partagé ensemble.

L'exemple, c'est souvent eux aussi !

00:00 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

01/10/2009

Des p'tits mots...d'amour !

C'était mon anniversaire, hier.

Les enfants m'avaient préparé plein de cadeaux : des dessins et des mots doux.

Parmi ceux-ci, quelques réalisations de mon aînée. D'abord un papier découpé comme un cd avec inscrit dessus : cd le plus vendu !

"C'est un cd où on entend la belle voix de maman alors on s'endort (car elle chante). Ce cd a été vendu partout dans le monde en 999999999999999....exemplaires !"

Il y avait aussi des essais de poésie.

Celui-ci ,très tendre :

"Une maman, ça sourit tout le temps,

elle nous aime énormément,

elle joue avec nous

et nous fait des guillis partout.

Elle peut nous aimer l'hiver, l'automne, le printemps et l'été.

Son coeur est si grand

que je me perds dedans.

Ces yeux sont si bleus

que j'y nage quand je veux."

Le tout était dessiné sur un fond de coucher de soleil à la mer.

Et puis, il y avait celui-ci :

"Super maman,

gentille tout le temps,

rigolote,

qui ne sent pas la crotte,

généreuse

et heureuse."

;-)))

Ah, ça oui ! J'en étais heureuse !

21:09 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2)

27/09/2009

De bon coeur !

Ce soir, nous soupions tous  les six.

Les discussions passaient d'un sujet à l'autre, l'ambiance était agréable. Quand soudain, ma fille aînée a parlé.

Oh, elle aurait pu nous dire :

- " J'ai envie de ...chocolat pour le dessert,

                           ...dormir,

                           ...jouer à la DS,

                           ...téléphoner à une copine,

                           ...faire du shopping (oui, déjà!  ;-))

                            ...te faire un gros câlin, maman chérie !

Non, rien de tout ça ! Beaucoup plus surpenant, elle nous a dit :

-" J'ai envie de...RIRE ! "

Aussitôt, je lui réponds :

-"Ben, vas-y !"

Aussi surprise par ma réponse, la voilà qui éclate de rire ! Un bon rire qu'elle communique bien vite à son père et moi. Nous voilà tous les trois, nous passant à tour de l'autre nos rires et cela avec tout notre coeur !

Voilà pourquoi mon mari et moi aimons, entre autres, ces moments de partage autour de la table, quand nous sommes tous les six !

;-)

 

22:13 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

25/09/2009

J'aime pas les chicons !

Ce soir, nous soupions tranquillement en famille.

Un repas avec quatre enfants ne doit pas forcément avoir le qualificatif de "tranquillement" mais reste un des moments où nous avons l'occasion de nous raconter notre journée.

Ce soir, je ne me doutais pas de ce qui m'attendait. A la fin du repas, ma fille aînée me dit : "Papa, j'ai quelque chose à te raconter"...

"Tu sais, il y a quelques temps, quand tu nous as préparé des chicons et que tu nous a permis de ne pas tout manger, tu te souviens ?"

Après réflexion, je me rappelle d'un repas ou j'avais autorisé qu'ils ne finissent pas leur assiette. Mais, à cet instant, je perçois cela comme un détail.

"Et bien papa, nous avons mis beaucoup de poivre et de sel sur nos chicons pendant la cuisson pour qu'ils soient mauvais ".

Je ne me suis rendu compte de rien, les miens étaient très bon.

Ma fille continue dans ses révélations : "Nous avons insisté pour te faire comprendre que c'était inmangeable".

Mon épouse se demande comment est-ce possible que je puisse autoriser qu'ils ne mangent pas tout alors que chez moi c'est bon ?

A ce moment ma fille me donne l'estocade finale, à savoir: " Mais tu sais maman, avec papa, quand on insiste beaucoup il se fait facilement avoir".

Je me suis retrouvé sans voix, impossible de répondre quoi que soit, cherchant dans le regard de mon épouse un soutien. En fait, ce que je voyais était une maman secouée par des rires retenus, un visage arborant un sourire mal dissimulé et des yeux cachant très maladroitement des larmes de fou rire.

C'est ce qu'on appelle un moment de solitude...

Après cela, évidement je me pose des questions quand à mon rôle de papa. A l'heure où je vous écris, je ne sais honnêtement pas trop ce que je dois en penser. Mais que mes enfants se lient de cette manière pour me cacher des choses m'interpelle.

La prochaine fois que je cuisinerais des chicons, j'aimerais pouvoir les surprendre, leur préparer ces légumes de telle manière qu'ils en redemandent.

 

22:07 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1)

19/09/2009

Qu'est-ce que tu dis ?

Nous nous trouvions tous les six au rez-de-chaussée. Il fallait gérer les pleurnicheries de bébé qui semblait mal réveillé, les bêtises de l'un, les devoirs de l'autre et la préparation du repas.

Il y avait sutout un fond bruyant qui devenait exaspérant.

Arrive bonhommet sénior : du fond de la pièce, il nous parle mais nous ne comprenons rien. Nous lui faisons savoir. Il répète la même phrase incompréhensible .

Toujours rien compris...

Il répète et son ton devient plus énervé, il parle plus fort.

Oui, mais je ne comprends toujours pas. Alors, je prends le même air que lui, le même ton et lui baraguine une phrase tout en me dirigeant d'un pas rapide et excédée vers lui.

Et là, je comprends enfin : il y a un monsieur à la porte qui vend les calendriers des pompiers !!!

La porte du salon donnant dans le hall est grande ouverte : oui, le monsieur a tout entendu !!!! ;-(((

Heu ... c'est mon homme qui a accueilli le monsieur...

Commentaire du pompier hilare : "Je vous dérange, peut-être ?"

;-))))

21:41 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

15/09/2009

Une drôle de punition...

Je vous l'avais dit : vigilance de rigueur surtout pour ma fille de 7 ans !!! 

C'est presque l'interrogatoire tous les soirs pour savoir comment s'est passée la journée...

Les premiers jours, Madame rouspètait via ma fille sur la farde de cette dernière. Suivant la liste fournie par le professeur, il fallait une farde de 4 cm de largeur avec un levier.

Prônant l'écologie, le non-gaspillage et pensant à mon porte-feuille, j'ai dit à ma fille qu'elle garderait  les deux classeurs de l'année dernière (qui ont bien les 4cm demandés). En prime, elle a quand même eu toutes mes félicitations pour le soin apporté à toutes ses affaires et a reçu un petit cadeau. (Par opposition à bonhommet sénior qui m'avait montré une trousse vidée de tout son contenu ...)

Ces jolis classeurs n'ont malheureusement pas le dit-levier mais bien les deux anneaux réclamés par le professeur de l'année précédente...(ne pourraient-ils pas tous penser à se consulter ? ;-))

De mon côté, je tenais bon, répétant à ma fille le même discours.

De l'autre côté, madame Z tenait bon aussi. Si bien, que les jours passant, ma fille me répètaient les dires de sa maîtresse avec de plus en plus de convictions et surtout de plus en plus de larmes aux yeux : madame n'était pas contente !

Via le journal de classe, j'ai donc réexpliqué à madame tout ce que je viens de vous écrire en précisant que nous n'envisagions pas d'en acheter un autre. Mais nous restions à son entière disposition si elle souhaitait nous en parler.

Réponse textuelle de Madame : "pas besoin d'en acheter, il y en a à l'école."

En effet, ma fille est revenue avec les beaux classeurs tous neufs... J'attends avec impatience la réunion des parents de ce vendredi pour connaître le pourquoi de pareilles exigences. A moins que cela ne fasse moins de bruit ? ;-)

Un autre jour, ma fille me raconte que madame s'est fâchée sur elle. En effet, elle a cassé une loupe. Ma fille me raconte que l'accident s'est produit lors du passage de mains en mains avec un autre élève. Mais c'est elle qui s'est fait "en..."... Vous imaginez ces enfants cassant volontairement cet objet ? Moi pas !

Hier, ma fille me dit qu'elle a eu une punition.

Moi : -"Et que s'était-il passé ?"

Elle : -"J'avais oublié mon livre "La rentrée des mamans" (tiens, cela me dit quelque chose...:-))

Moi : -"Quelle était la punition ?"

Elle : " Je ne pouvais pas aller en récréation. Alors, quand c'était l'heure, j'ai attendu. Madame m'a dit : "qu 'est-ce que tu fais ici ?" (ouais, elle avait oublié...). Puis elle m'a dit que je devais nettoyer les frotteurs. Trop cooool comme punition ! (elle a un grand sourire !) Mais je n'ai rien dit, j'ai fait ma tête de boudeuse (elle mime et je confirme) et je l'ai fait !"

Toi, ma fille, t'es un sacré numéro ! Est-ce que je dois encore me faire du soucis ? ;-)

 

 

 

 

22:18 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

02/09/2009

La rentrée...suite

Il y a  le matin de la rentrée et le... retour de l'école le fameux 1er septembre!

Trouver un moment pour chacun : d'abord mon aînée. "Monsieur X" a l'air sympa, on a même rigolé avec lui." C'est certain, ma grande, il te faut découvrir un autre professeur en sachant que rien ne sera comme l'année dernière. Ton professeur de 5ème t'a offert bien plus que son savoir : c'est une personne qui aime profondemment les enfants et t'a permise de t'épanouïr. Je lui en suis très reconnaissante.

Voyons voir le petit mot de ce monsieur X... Horreur ! J'ai le sentiment de lire des commandements plutôt que les règles de la classe, les phrases sont écrites avec peu de tact. En gras, apparaissent plusieurs fois les mots "Tu lèves le bras". Et pourtant, ce professeur m'avait laissé de bonnes impressions.

Au retour de mon aînée ce deuxième jour de classe, elle m'annonce que son prénom est inscrit au tableau, signe que ses parents n'avaient pas signé la fameuse info !  ;-( ET là, je me demande à quoi sert ce contrôle, de quel droit contrôle-t-on notre travail de parents et surtout où est la confiance ?

Ne pas s'énerver, passons à bonhommet sénior. Après quelques généralités, les larmes lui montent aux yeux : il ne va pas réussir son année, il en est certain !

Adepte de la pensée positive, je me dis que nous sommes mal partis ! ;-) En creusant un peu, bonhommet a bien entendu que "monsieur Y" aime le soin et l'ordre. Et ça, c'est pas son fort à mon p'tit gars. Ou putôt, si, il peut très bien le faire si il le veut.

En plus, Monsieur Y ne veut pas qu'il écrive ses "S majuscules" comme il a l'habitude de faire depuis au moins...un an ! Et comme c'est la première lettre de son prénom...;-(

Comment lui expliquer l'exigence de ce professeur alors que je ne comprends pas cette demande, je n'ai pas d'explications sinon lui dire "c'est comme ça" et lui promettre que plus tard d'autres seront reconnaître le reflet de sa personnalité dans son écriture.

Aujourd'hui, il a continué à écrire comme il voulait pour voir si le professeur continuera lui aussi à lui exiger autre chose...

Maintenant place à ma petite dernière écolière. Son père et moi aurions voulu lui éviter de se trouver chez "madame Z". Celle-ci est une excellente pédagogue mais une très mauvaise psychologue. Avec elle, les enfants doivent rentrer dans le moule qu'elle impose : ordre impeccable, silence, austérité. Notre petite fée, dans son monde magique, va-t-elle "laisser couler" ou va-t-elle se refermer comme une huitre qui garde son précieux trésor au creux d'elle?

La voilà vexée pour cette première journée car madame Z lui a dit "tu es lente" ! Oh, le beau "tu" qui tue diront les adeptes de la communication non-violente dont j'essaye de faire partie. Oh, la belle étiquette dès le premier jour !

J'ai expliqué à ma fille ce que je ressentais, ce que nous craignions et lui ai demandé de me parler de tout ce qui n'allait pas. Mais ma petite dernière est maline : elle ne souhaite pas que nous la changions de classe car elle serait dans une classe de 1ère-2éme. Difficile pour elle de comprendre qu'elle est bien en deuxième et elle ne veut pas non plus quitter ses amies.

Alors je suis en pleine interogations, pas seulement pour ma dernière mais pour tous mes enfants. Il n'existe pas d'écoles parfaites, ni de professeurs parfaits et encore moins de parents parfaits. Il existe juste certaines valeurs importantes que j'aurai voulu respectées par l'école.

Peut-être devrais-je rester vigilante et faire confiance à mes enfants : ils seront trouver les moyens pour vivre pleinement cette nouvelle année scolaire, garder toute leur personnalité et continuer à s'épanouïr.

A suivre...

21:56 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)