01/01/2009

Meilleurs "voeux"!

Je voeux me laisser bercer par la musique de Tes mots, de Tes bras,

Je voeux pouvoir t'offrir la douceur de mes bras pour que tu t'y abandonnes,

Je voeux voir mon bébé apprendre à marcher,

Je voeux être tes yeux pour qu'ensemble nous voyons,

Je voeux voir mon aînée devenir une belle jeune fille,

Je voeux être tes yeux pour qu'ensemble nous admirions,

Je voeux voir mon fils aîné continuer à croire à la magie de ses pensées,

Je voeux être tes yeux pour qu'ensemble nous nous émerveillions,

Je voeux me transformer sous la baguette de ma petite fée,

Je voeux être la main dans laquelle la baguette se lovera,

Je voeux apprendre chaque jour et aimer chaque minute,

Je voeux être le temps qui s'écoulera chaque jour,

Je voeux me laisser surprendre par des belles rencontres, les belles âmes, les "bels "gens,

Je voeux être à tes côtés et me laisser séduire par ces rencontres,

Je voeux m'émouvoir d'un sourire,

Je voeux pouvoir te charmer par mes rires,

Je voeux partir au travail le coeur léger,

Je voeux te quitter le coeur en paix,

Je voeux en revenir le coeur rempli,

Je voeux te retrouver le coeur comblé,

Je voeux m'émerveiller d'un oiseau sur la branche, d'une fleur sur un chemin, d'un rayon de soleil sur ma peau,

Je voeux être l'arbre, la prairie, la chaleur sur ta peau,

Je voeux vivre chaque minute intensément,

Je voeux être le métronome de tes émotions,

Je voeux continuer de croire en mes rêves...

Je voeux qu'à deux nous partagions nos désirs...

Des souhaits si simples mais qui  nous donnent la certitude que  nous allons être comblés cette année encore.

Bonne année!

23:40 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

30/12/2008

A table

La vie de couple est remplie de petits compromis qui, en soi, n'ont l'air de rien, mais en réalité ils peuvent (certains) provoquer de véritables tempêtes dans ma petite tête d'homme.

Prenez, par exemple, la cuisine. Eh oui, rien que le fait d'écrire ce mot, j'imagine déjà les crissements dans les chaumières. La cuisine est en général un territoire revendiqué par les deux sexes. C'est un lieu d'où peut sortir le meilleur comme le pire. Curieusement c'est également l'espace qui représente le centre de la maison, lieu où se réunit la famille, mais lieu où il est difficile de lâcher-prise quand il s'agit de laisser sa douce cuisiner alors que je suis convaincu que je m'y prends mieux qu'elle.

Et c'est à ce moment-là que la météo s'emballe, que les signes de tempête se manifestent. Mais je ne vois rien venir. Moi, grand capitaine, je me dis que "cette fois-ci elle va enfin s'y prendre correctement". Et bien non ,cent fois non ! Elle cuisine comme elle a décidé. Qu'est ce qui fait que, pour de si petites choses, je ne parviens pas à laisser faire ?

Probablement mon désir de la sauver de la catastrophe culinaire, du désastre alimentaire. Nous allons être submergés par une hypothétique "mal-bouffe". Je me transforme (toujours dans mon esprit) en chevalier sur son beau cheval blanc. Avec tout mon savoir-faire, mon expérience et ma bonne âme, je lui donne quelques conseils qui me paraissent les meilleurs.

L'effet voulu n'est malheureusement pas celui qui suit. Qu'est-ce que c'est compliqué les femmes ! On peut (on a intérêt) à leur dire qu'elles sont belles, on peut donner notre avis quand elles doivent choisir telles ou telles boucles d'oreilles, on peut donner des conseils sur la déco de la maison, mais leur dire comment elles pourraient faire pour ne pas brûler ce qu'elles cuisinent, ça, il vaut mieux l'éviter si  possible.

Nous sommes, à cet instant précis, à l'indice météo de tempête force 10. C'est à n'y rien comprendre : comment puis-je la sauver si elle ne me laisse pas faire? Nous passons du désastre culinaire au suicide culinaire. Et j'en suis le témoin impuissant.

Là, le drame se joue, c'est le naufrage. Un chevalier impuissant, c'est du jamais vu, même dans un mauvais film de série B.

Et si il y avait une autre raison tellement simple que je suis passé à côté sans m'en apercevoir? Cette raison, messieurs les chevaliers, est que votre femme n'a pas envie d'être sauvée, laissez-la tranquille. Si elle a envie de se tromper (à vos yeux), c'est son droit. Et si la prochaine fois, pour le même plat cuisiné, elle a encore envie de faire à sa manière, c'est toujours son droit.

Notre force n'est pas uniquement dans nos actes, dans notre engouement à vouloir faire telle ou telle  chose, mais notre force est aussi dans l'acceptation de l'autre avec ses qualités et ses défauts.

22:38 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

29/12/2008

Dépassée, moi?

J'ai proposé aux enfants de regarder "Sissi" aujourd'hui. Ce film était diffusé à la télévision et je voulais partager ce rêve de princesse. J'adorais regarder ce film quand j'étais jeune...oups, ça fait drôle d'écrire cela!  Disons que j'adorais regarder ce film il y a quelques années. C'est sûr, cela plairait à mes filles et peut-être bien à mon fils aîné!

La proposition semblait leur convenir même si je n'ai pas eu d'éclats de voix comme si j'annonçais "Ratatouille" ou  "Kung Fu Panda". Je crois qu'ils étaient curieux de voir ce que je voulais leur partager ou alors... ils étaient bien polis.

A l'heure dite, me voilà toute excitée de voir leurs réactions : je leur parle de Rommy Schneider, des  beaux paysages de montagne, je m'exclame devant "Papyly" et puis leur demande : "Quelles jolies robes, hein?" Pour toute réaction, une moue dubitative de mon aînée et un air interrogatif de ma plus jeune. C'est certain : elles ne s'imaginent pas du tout en princesse de cette époque ! Mais comment sont leurs princesses, alors?

Un peu avant la fin du film, je vais les rejoindre sur le canapé. Et bien, moi, elles me font encore rêver ces longues robes de crinoline!

Moi : -"Quand papa et moi nous nous marierons, j'aurais une belle robe comme elle. Et vous serez les demoiselles d'honneur ? "

Mon aînée : -"Oui, en body et jupe courte!"

Sissi, ce n'est pas Rihanna! Mais vivement la suite demain!

 

22:33 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2008

Le spectacle

Ce soir, nous avons eu la chance d'être invités à un spectacle. Il est vrai que nous sommes vraiment comblés de pouvoir ainsi bénéficier de la générosité de personnes qui nous sont très chères.

Et bien, vous me croirez ou pas mais nous avons tout fait pour postposer cette invitation! C'était sans compter sur les petits "rabatteurs " qui se sont assurés que le public serait bien là à la dite séance. Des affiches ont également été placées à des endroits stratégiques afin que nous ne puissions pas passer à côté sans les voir. Cela fait plusieurs jours que nous nous préparons tous à cet évènement. 

Aujourd'hui ce fut le grand jour. Pour rassurer les acteurs, nous leur avons assurés notre présence.

Il faut savoir que nous connaissons bien ce genre de théâtre-spectacle. Comment vous dire?  C'est le style  "je sais quand ça commence et je ne sais jamais quand ça se termine..." On peut qualifier cela de "soirée surprise". Bien que la surprise soit généralement pour ...nos chers enfants qui se font une joie de nous divertir!

Nous voici installés et le spectacle peut enfin débuter...

Confortablement assis sur une chaise en bois sans dossier, je découvre la nouvelle version du retour de la contre-attaque de ce spectacle sans nom. Au menu de ce soir : danse et magie. Après quelques hésitations des acteurs pour savoir qui va prendre le relais quand l'un ne veut pas respecter son tour, ça démarre par le fameux magicien et son tour exceptionnel. Pas mal fait, des étoiles brillent dans ses yeux. Il est content, donc je suis content. La suite s'enchaîne avec de la danse , de la magie, de la danse et encore de la danse,...

Ouf, cette fois-ci nous avons échappé au bêtisier. Car nos chers petits anges nous régalent par les chutes, les ratés, les fous-rires et autres gags en tout genre. Parfois, je ne fais pas la différence entre leur spectacle et ce bonus au menu.

Quoiqu'il en soit, je me régale du jeu des acteurs, de leur mise en scène et du choix de la musique fait avec un grand professionnalisme. Les admirer dans ces moments-là, cela vaut les meilleures places de théâtre au monde.

23:59 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

27/12/2008

Le repos du guerrier

Et voilà, Saint Nicolas est venu. Les enfants sont contents de leurs cadeaux. Et dire que trois d'entre eux y croient encore, c'est incroyable avec toutes les difficultés que nous avons pour rivaliser d'originalité entre leurs souhaits et l'épaisseur de mon portefeuille. Les ingrats !

A peine le temps de dire "ouf" que Noël arrive. Là, personne ne croit que ce cher papa Noël existe réellement. Donc, les listes nous sont directement adressées. Nos chers petits anges, bien qu'ils s'interrogent parfois de la provenance  de nos salaires, n'ont pas la conscience de la valeur de l'argent. Heureusement, ils auront tout le temps pour s'en inquiéter plus tard.

Donc, Noël se passe, les loustiques jouent avec leurs "pet shop", MP3, ... Papa et maman se reposent, il n'y a plus de demandes: "C'est dans combien de jours le réveillon ? Est-ce qu'il va m'apporter ce que j'ai demandé sur ma liste?"

Là, il faut que je vous explique: pour établir une liste de cadeaux ils ne crient plus à papa Noël, mais quand ils attendent avec impatience, il se passe quelque chose d'incroyable : les enfants y croient ! Allez savoir pourquoi.

C'est maintenant que j'arrive au repos du guerrier, mon repos bien mérité, repos qui est à moi et à personne d'autre.   

Et bien dans toute cette histoire, j'avais oublié une personne : ma femme. Elle entre en scène, n'étant pas du tout au courant du "repos du guerrier". Je pensais naïvement que ça se voyait, que c'était inscrit en grand sur mon visage. Et bien non ! Avec tout le tact et la douceur qu'elle porte en elle , elle me demande pour que je "bouge". Mais je ne veux pas bouger, mes pantoufles se languissent de moi, mon fauteuil m'appelle, et, mes doigts me démangent, seul ma zapette peut les calmer.

Moi qui pensait être un dur à qui on ne l'a fait pas, et bien, j'ai bougé. Petits travaux dans la maison, achats divers pour la maison, rangement de la maison,... Le guerrier a des missions à remplir. Le repos du guerrier sera pour plus tard... : ah, ce que je l'aime, ma femme!

 

              

23:01 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0)

26/12/2008

Le bonheur simple comme un sourire

Aujourd'hui, embarquement de toute la famille direction un grand magasin de meuble "bon marché" à la périphérie bruxelloise (qui commence par "I" et se termine par "A").

Et bien, nous n'étions pas les seuls! Entre deux fêtes et période de crise oblige, nous pensions que les porte-feuilles auraient été moins pressés de s'ouvrir et de prendre froid...

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais  à chacune de nos visites, c'est un grand trou dans notre budget. Ce vendredi, nous devions acheter des étagères pour améliorer encore et encore le rangement de la salle de jeux des enfants (un vaste sujet qui méritera bien l'écriture d'un autre message).

Notre budget a été respecté cette fois-ci mais nous n'avons pas encore toutes les étagères (rupture de stock) et nous avons réussi à perdre les croisillons entre les rayons et la caisse (mais ça, nous nous en sommes rendus compte plus tard.) Et puis...une grosse peluche "éléphant "est venue s'ajouter  : ben, oui, elle était trop craquante , un p'tit cadeau pour bébé!

En slalomant entre les gens pour rejoindre la file d'attente aux caisses, j'entends un monsieur dire à sa femme : "Attends, je laisse passer toute la série...". Je me retourne vers lui car je ressens cette phrase sur un ton négatif. Le monsieur plonge alors son regard dans son chariot : il n'assume pas en plus! Si vous saviez, monsieur, comme nous sommes fiers, nous, les parents de ces quatre enfants! Oui, une famille nombreuse, une belle famille nombreuse!

Je croise alors le regard d'une autre cliente : une maman qui porte, comme moi, son bébé sur le ventre grâce à une écharpe de portage. Nos enfants sont biens et nous partageons ce moment de bonheur en commun en se souriant.

Ah ce que j'aime ces moments-là!

23:38 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1)

25/12/2008

Joyeux Noël !

Quel joli moment pour commencer un blog : le jour de Noël !

Jour de fête pour la famille avec ses retrouvailles autour de la table, ses cadeaux au pied du sapin, les yeux pétillants des enfants, leur impatience, leur émerveillement, leurs rires, les moments partagés, les jeux ensemble...tous ces moments qui rendent cette journée particulièrement magique.

Cette magie fait partie  de notre famille et nous souhaitons la partager par le biais de ce blog. L'occasion de mettre des mots sur ce que nous vivons , s'avourer les cadeaux de la vie et s'en souvenir.

Joyeux Noël !

23:24 Écrit par Love writer dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1)